Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Patriarcat d'Antioche et de Jerusalem

Eglise orthodoxe à Toulon en danger de destruction

Eglise orthodoxe à Toulon en danger de destruction

 

A Toulon, à deux pas de la Loubière, la destruction de l'église orthodoxe de la Sainte Résurrection a été décrétée par la mairie. Des Divines Liturgies y sont célébrées depuis 1976. Dès décembre, les paroissiens devront quitter les lieux. En cause : des projets de voiries, et la mise au normes de ce bâtiment municipal prêté à cette paroisse. Pour l'instant,  ces orthodoxes n'ont pas trouvé d'autre lieu pour prier.

La porte s'ouvre, laisse voir une petite pièce ornée : aux murs, on aperçoit des icônes orthodoxes. Des bougies brûlent doucement. Elles contribuent à diffuser l'atmosphère de prière et de calme qui règne ici. Ce qui attire plus le regard, c'est l'iconostase centrale, une cloison élevée en bois, couverte d'icônes, qui sépare la nef du sanctuaire. Les paroissiens y sont très attachés, comme l'explique Evgenia, paroissienne ici depuis 11 ans:

"Elle date de 1937. la fille du celui qui a fait cette iconostase est toujours en vie. C'est notre trésor car c'est une chose sacrée : on la regarde tout le temps, on prie devant..." 

Si l'Eglise est détruite, l'iconostase pourrait l'être elle aussi  : "On peut pas démonter l'iconostase. C'est pour toujours. C'est vraiment dramatique."

Une démolition programmée
Il y a quelques mois, ils ont reçu une lettre de la mairie. Elle les invite à quitter les lieux avant décembre pour détruire le bâtiment. Le bâtiment appartient à la mairie; il était simplement mis à disposition de cette église orthodoxe.  On lui reproche de ne pas être aux normes. L'Eglise se dit prête à faire les travaux nécessaires. Mais Geneviève Levy, conseillère municipale à la ville de Toulon, ne semble pas vouloir revenir sur sa décision :

" Dans la convention qui a été signée, c'est bien noté que cette mise à disposition durera jusqu'à ce que le besoin de la déconstruction se fasse sentir. Il y a un projet d'intérêt communal pour le quartier, que ce soit l'élargissement de la rue ou un parking." 

Les lieux pourraient donc être rasés dès janvier 2023. Malgré la présence d'un parking Casino, à 200 mètres de la paroisse. Une décision incompréhensible pour le père Alexis Struve, en charge de l'Eglise de la Sainte Résurrection :

Pourquoi aller aussi vite?" s'interroge-t-il. "On a une sensation diffuse qu'on ne veut pas de nous."

D'autant plus que cette église orthodoxe qui célèbre en slavon est la seule à Toulon à ouvrir ses portes à de nombreux réfugiés ukrainiens; un lieu ressource pour eux. Ils ne veulent pas aller prier dans une église qui dépendrait du patriarcat de Moscou.

"C'est un lieu d'accueil, de paix, d'amour !" s'exclame Evgenia. 

Pour l'heure, les paroissiens n'ont pas trouvé d'autre lieu pour se recueillir.  Si l'Eglise est détruite, le prêtre espère encore que "la raison l'emportera dans cette affaire qui est étrange."

Signer la pétition

https://www.change.org/p/sauvegarder-l-%C3%A9glise-orthodoxe-de-la-sainte-r%C3%A9surrection-du-quartier-siblas-%C3%A0-toulon

http://www.seraphim-marc-elie.fr/

 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :